Les lectures de Cinci : vive la laïcité !

Le Bêtisier du laïco-sceptique, textes de Renée Fregosi, Nathalie Heinich, Virginie Tournay et Jean-Pierre Sakoun, dessins de Xavier Gorce, éd. Minerve, 2021.

Le livre en deux mots

Ce petit livre, conçu sous l’heureux parrainage du Comité Laïcité République et de son président Jean-Pierre Sakoun, est essentiel. Sept chapitres rassemblent les réponses à la plupart des questions plus ou moins naïves, plus ou moins malveillantes, auxquelles sont régulièrement sommés de répondre les défenseurs de la laïcité. La brièveté de chacun des textes, construits à partir d’arguments solides et d’explications limpides, vise à l’efficacité. Les sophismes, mensonges et « fausses bonnes idées » qui militent pour l’affaiblissement, quand ce n’est pas la destruction pure et simple, de ce principe fondateur sont ainsi exposés pour ce qu’ils sont et démontés pièce par pièce par les auteurs, universitaires chevronnées : diable ! qu’est-ce que ça fait du bien ! En contrepoint, et parce que la laïcité n’a rien d’une « posture morale rigoriste qui laisse peu de place à l’humour » (VI, 6, p. 110), les dessins de Xavier Gorce, auteur des fameux Indégivrables, ajoutent une touche de légèreté et d’ironie particulièrement bienvenue. Pour finir, les annexes réunissent une sélection des textes fondamentaux, à lire et relire. Voici donc un ouvrage aussi réjouissant qu’utile, qui devrait occuper une place de choix sur les chevets et dans les poches de tous les universalistes… et pas seulement !

Où j’ai laissé un marque-page

Le chapitre VI, « Savoirs scientifiques et laïcité », qui rappelle combien la laïcité relève de et permet l’exercice de la raison, la différenciation entre faits et opinion, savoirs et croyances, science et superstition, et donc son importance cruciale à l’école où se constituent (s’instituent) les jeunes esprits.

Un extrait pour méditer

On nous raconte aujourd’hui de belles fadaises sur la loi de 1905. Certains veulent y voir à tout prix l’opposition entre une laïcité à la Briand, indulgente, souriante, compréhensive, « gentille », et une laïcité à la Combes, agressive, revancharde, acerbe et pour tout dire inquiétante. Ceux-là oublient que la laïcité ne fut pas conquise dans le cadre d’un dialogue émollient avec les autorités religieuses (car, à l’époque, il s’agissait bien d’autorités), mais par un débat parfois véhément entre les représentants de la nation. Ils oublient aussi que tous ceux qui votèrent en faveur de la loi, le méchant Combes et le gentil Briand, furent excommuniés par le pape. Ils oublient enfin que, pour chasser les congrégations comme pour réaliser les inventaires des Églises, le méchant Combes et le gentil Briand n’hésitèrent pas à faire appel à l’armée.

Oui, défendre la laïcité exige parfois que l’on fasse preuve de fermeté et d’autorité contre ceux qui ne veulent pas perdre leur pouvoir et leur influence illégitime sur les citoyens, au sens de l’article 3 de la Constitution. Mais la République laïque est, avant toute chose, porteuse de liberté et d’émancipation. Si elle fait acte d’autorité, c’est toujours dans le cadre démocratique. Et elle préfère de très loin promouvoir ces principes par l’instruction, l’éducation, l’exemplarité, la libre création, bref par la fabrique du citoyen et par la liberté d’expression. Promouvoir la laïcité, c’est avant tout rappeler sans cesse qu’elle est la plus grande source de liberté, d’émancipation et de responsabilité.

Cela passe par une immense entreprise, que notre République a souvent oubliée ces dernières décennies, de formation des maîtres, des élèves, des hauts fonctionnaires, des élus locaux et nationaux. La laïcité est avant tout un fait politique. Elle est la résultante de la voie française vers la démocratie. On dit de la France qu’elle a inventé la Politique, comme on dit de l’Angleterre qu’elle a inventé l’Économie moderne et de l’Allemagne bismarckienne qu’elle a inventé l’État social. La laïcité est donc avant toute chose un ministère de la parole et de la conviction républicaines. Que les maîtres, que les décideurs, que les politiques se remettent à parler et à agir en laïques, et l’on verra combien il est aisé d’unir de nouveau le peuple autour de ces principes de gouvernement et de ces valeurs sociales.

Enseignons, apprenons, diffusons, illustrons, rions, faisons vivre ces mots de liberté, d’égalité et de fraternité. Appliquons-nous à refaire de la nation une République indivisible, démocratique et sociale. Ce programme exaltant porte un nom : laïcité. (p113-114)

Cincinnatus, 16 août 2021

Publié par

Cincinnatus

Républicain râleur, je laisse dans mes carnets les traces de mes réflexions : philosophie, politique, actualité, culture…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s