Le cinéma de Chaplin

819px-Charlie_Chaplin
Rire

Penser à Charlie Chaplin, c’est esquisser un sourire. Viennent à l’esprit la silhouette de Charlot, sa démarche, une de ses innombrables cabrioles et, comme un réflexe de la mémoire, les éclats de rire de l’enfant qu’on était lorsqu’on a découvert ce drôle de petit bonhomme la première fois. Éclats de rire qui se sont répétés toutes les fois suivantes. Lire la suite…

Apologie du blockbuster

On a tous des petits plaisirs coupables. Je le confesse : j’aime à sacrifier régulièrement aux divertissements de masse, tout particulièrement en matière cinéphilique[1]. Comme quoi, on peut se revendiquer esthète et apprécier les grosses productions qui tachent[2]. Allez, petite analyse peu sérieuse du phénomène en trois degrés de lecture. Continuer la lecture de Apologie du blockbuster

Je n’aime pas les films de Christopher Nolan

Avertissements : des spoilers peuvent se cacher dans ce billet. Rien de bien méchant mais je préfère prévenir.
Oh ! Et puis certains passages supposent une certaine familiarité avec le cinéma de Nolan.
Ah ! Et puis aucun épis de maïs n’a été blessé pendant la rédaction de ce billet : on n’est pas chez Faulkner, non plus !
Voilà, c’est tout pour les avertissements, on peut commencer.

J’ai découvert Nolan avec Memento que j’avais trouvé à la fois malin et séduisant. Malin dans l’idée et la construction, séduisant dans l’esthétique. Ses films suivants ont confirmé ce jugement : Nolan est un réalisateur talentueux, brillant même. Il maîtrise la technique et la narration. Il sait construire à chaque fois un univers à l’esthétique recherchée et à l’ambiance convaincante. Ses films sont diablement séduisants.

Et pourtant, je ne les aime pas.

Continuer la lecture de Je n’aime pas les films de Christopher Nolan