Les parents et l’école : je t’aime moi non plus

American Gothic, Grant Wood (1930)

Ce billet a été publié pour la première fois dans le numéro 339 (mai 2023) de la revue Humanisme. Je remercie le comité de rédaction d’Humanisme et tout particulièrement Aline Girard et Jean-Pierre Sakoun, coordinateurs de l’excellent dossier « Urgence pour l’école républicaine ».

Il n’existe rien de pire pour les nerfs qu’une réunion de parents d’élèves… sauf, peut-être, une assemblée générale de copropriétaires, et encore. L’irrationnel y domine et fait fuser les idées les plus farfelues. Quoique « les-parents-d’élèves » ne puissent être pris comme une entité monolithique [1], des invariants demeurent d’une école à l’autre. D’abord, l’image déplorable du système scolaire. S’y ajoutent la méconnaissance profonde du fonctionnement de l’école et une cécité complète dès qu’il s’agit de leurs enfants. De ce cocktail empoisonné découlent défiance et volonté d’ingérence alors que l’institution aurait besoin que les parents lui fassent confiance… et restent à sa porte.

Lire la suite…

L’effondrement de l’instruction

1024px-jean_geoffroy_-_en_classe2c_le_travail_des_petits-1
En classe, le travail des petits, Jean Geoffroy (1889)

L’école. Encore l’école. Comme si je n’avais pas déjà tout dit à ce sujet [1]. Eh bien non. Parce que, pour un républicain, l’école sera toujours la matrice de toute réflexion politique.
Lire la suite…

Moi, parent d’élève

Ça y est. Depuis cette rentrée, je suis devenu un… parent d’élève. En tant que tel, je découvre un nouveau monde sociabilités, avec ses personnages attachants ou détestables, flamboyants ou effacés. Un nouveau petit théâtre social, semblable à tous les autres, peuplé, peut-être, d’une plus grande proportion de caricatures. Je me vois ainsi naviguer entre les bobos déconnectés du monde réel qui instrumentalisent l’école de leurs enfants à leurs rêves démagogiques et la FCPE, rendue odieuse à mes yeux par son écrasante responsabilité dans les réformes délétères des dernières décennies. Difficile, donc, de me sentir une quelconque solidarité avec ces gens qui veulent s’impliquer dans l’école pour mieux la détruire. Ils s’amusent avec un détestable esprit de sérieux, se sentent « investis » et en oublient complétement le rôle et la vocation de l’institution scolaire.

Soyons juste : à l’échelle de l’établissement de ma fille, la plupart de leurs idées et initiatives sont très sympathiques et inoffensives. Je suis même prêt à participer sincèrement à celles qui agrémentent le quotidien de mon enfant, resserrent les liens avec ses camarades et souvent, hélas !, suppléent aux dysfonctionnements de l’administration scolaire. Lire la suite…